Focus sur la Semaine de la Critique du Festival de Cannes

A l’occasion du Festival de Cannes 2016, Pressamedia vous présente une section parallèle: la Semaine de la Critique, qui se déroule du 12 au 20 mai.

ob_dde4db_sic-logo

La naissance de la semaine

 

C’est au cours de la quatorzième édition du Festival en 1961 que la Semaine de la Critique (anciennement appelé Semaine Internationale de la  Critique jusqu’en 2008 ) vît le jour. A la demande de l’Association Française de la Critique du Cinéma , le Festival projette The Connection de  Shirley Clarke. Financé par une production indépendante et se démarquant donc des grandes productions représentées dans le Festival, la projection  de The Connection fût un véritable événement.

Après le succès de cette projection, Robert Favre Le Bret, Délégué Général du Festival décide avec l’accord du Centre Nationale de Cinématographie de renouveler l’expérience. Il confie donc à l’Association Française de la Critique le soin de programmer la salle Jean Cocteau durant une semaine lors du prochain Festival. Nelly Kaplan, cinéaste et critique donna alors le nom de Semaine de la Critique.

C’est donc en 1962 que la première Semaine de la Critique fait son apparition au Festival de Cannes avec de nombreuses modifications. Les courts-métrages possèdent leur propre compétition, des séances spéciales sont organisées lors de la Semaine et un nombre réduit de films sont projetés permettant une meilleure visibilité et un soutien important lors du Festival.

Aujourd’hui, la majorité des films sont projetés à l’Espace Miramar avec la même ambition de permettre à la Critique Française d’explorer et défendre la jeune création cinématographique ainsi que de révéler les cinéastes du monde entier.

 

Une rampe de lancement idéale

 

C’est à la Semaine de la Critique que Benoît Poelvoorde, Jacques Audiard, Guiellermo del Toro ou encore Wong Kar Wai ont fait leurs débuts.

Des films ont également révélés et primés tels qu’Amores Perros d’Alejandro Gonzalez Iñarritu, Depuis qu’Otar est parti de Julie Bertucceli (César du meilleur premier film) ou Take Shelter de Jeff Nichols. Paulina de Santiago Mitre a été récompensé l’année dernière du Prix Nespresso.

Affiche de la 55ème édition de la Semaine de la Critique

 

Critères et récompenses

 

La Semaine de la Critique comporte elle aussi des critères spécifiques concernant les projections qui seront retenues. Entres autres, tous les films, courts ou longs métrages doivent être achevés dans les 12 mois précédant le Festival.

  • Les courts et longs métrages étrangers : n’avoir participé à aucun festival excepté dans leur pays d’origine.
  • Les courts et longs métrages français : n’avoir participé à aucun festival dans le monde y compris en France.
  • Ne pas avoir eu de diffusion sur Internet, ou à la télévision, ni d’exploitation commerciale

Prix décernés par le jury de la Semaine :

  • Grand Prix Nespresso (décerné à un long métrage)
  • Prix Révélation France 4 (décerné à un long métrage)
  • Prix Découverte Leica Cine (décerné à un court métrage)

Prix décernés par des partenaires :

  • Prix Fondation Gan à la diffusion (aide au distributeur français du lauréat)
  • Prix SACD (récompense l’auteur)
  • Prix Canal + (achat des droits du film primé pour diffusion à l’antenne)

Palmarès de l’édition 2015

 

La Semaine en chiffres

 

  • 1962 : première édition de la Semaine de la Critique (sous la présidence de Georges Sadoul)
  • 1978 : création par Gilles Jacob de la Caméra d’Or
  • 1988 : apparition du court métrage
  • 2000 : les séances spéciales viennent enrichir la compétition
  • 700 films de plus de 50 nationalités présentés lors de la Semaine
  • 1500 courts métrages reçus et 1100 longs métrages visionnés cette année.
  • Parmi les 10 longs métrages cette année en compétition, il y a 6 premiers films et 4 seconds films.

Cliquez ici pour voir la liste des nominés pour cette 55ème édition 

Les commentaires sont fermés