Jean-Marie Bernard

Jean-Marie Bernard : le président des Hautes-Alpes en garde à vue pour détournement

Jean-Marie Bernard se trouve dans le collimateur du parquet de Lyon spécialisé dans les questions d’infractions financières complexes. L’homme politique est au cœur d’une enquête judiciaire portant sur deux dossiers distincts. Dans ce cadre, il est en garde à vue ce 30 novembre en attendant la suite des investigations.

Les accusations portées contre le président du département

Ce mardi 30 novembre, Jean-Marie Bernard défraie la chronique. Accompagné de son avocat Me Philippe, le président des Hautes-Alpes est en garde à vue selon l’ordre parquet lyonnais. L’élu doit s’expliquer sur deux dossiers remontant à 2019. Le premier porte sur une accusation de favoritisme, de faux et usage de faux dans l’attribution de quatre marchés publics. La seconde porte sur un détournement de fonds dans le cadre de contrats litigieux de la Chambre régionale des Comptes.

Jean-Marie Bernard

Jean-Marie Bernard : un personnage controversé ?

Le président des Hautes-Alpes n’en finit pas avec ses déboires judiciaires. Bien avant cette présente garde à vue, il avait déjà écopé d’une amende de 10 000 € assortis d’un sursis. Pour cause, il est condamné pour avoir offert une queue de loupe à Cécile Bigot-Dekeyzer, son ex-préfet. Il s’agit pour lui d’une politique pour manifester son opposition à la gouvernance menée par celle-ci. Avec les nouveaux chefs d’accusation, le parquet compte bien passer au peigne fin sa gouvernance en Hautes-Alpes.

À lire :  Pascal Obispo, le célèbre artiste au plus mal?