Jacques Audiard et sa conjointe: vie privée, anecdotes, salaire

Brillant réalisateur, Jacques Audiard a marqué plusieurs générations à travers ses différentes œuvres. S’il doit en partie cette passion à son père Michel Audiard décédé en 1985, le scénariste a mis du temps à accepter cet univers artistique. Côté vie privée, Jacques Audiard et sa femme ne sont plus ensemble. Ils décident de se séparer après plusieurs années de vie commune. Voici les détails concernant son ancien mariage.

Jacques Audiard et sa femme : c’est la fin entre eux

Le scénariste n’est plus marié à la réalisatrice Marion Vernoux. Jacques Audiard et sa femme se sont séparés au bout de plusieurs années de mariage. Le couple se rencontre en 1988 et devient inséparable. Discrets et très professionnels, ils ne s’exposent pas beaucoup devant les médias. Jacques Audiard et sa compagne partageaient une relation dont les détails ne filtraient pas la presse.

Ensemble, les deux anciens amoureux accueillent trois enfants. Le clan Audiard s’agrandit avec la naissance de deux filles et d’un garçon. La mère de famille se souvient encore des débuts de sa relation avec le père de sa progéniture.

«Quand j’ai rencontré Jacques, j’avais vingt et un ans, mon père et ma mère étaient vivants, je n’avais pas encore réalisé de films, j’avais été plutôt malheureuse en amour, j’avais déjà mes copines. J’étais jeune. Aujourd’hui, j’en ai quarante deux. J’ai donc passé la moitié de ma vie auprès de lui. Le temps ne nous a pas épargnés, évidemment. Malgré la peur bleue d’être l’un sans l’autre. Nous avons décidé de nous séparer. Le dernier verrou a sauté, un lendemain de réveillon sous les tropiques. Une banale scène de ménage triste à pleurer » se souvient-elle à l’époque de leur rupture.

Jacques Audiard et sa femme

Les terribles drames de sa vie

Le divorce entre Jacques Audiard et sa femme fait partie des tristes événements qui ont marqué l’existence du scénariste. Mais ce n’est pas tout. Le scénariste a également perdu plusieurs êtres qui lui étaient chers. Ces départs ont souvent inspiré ses films dramatiques. C’est notamment le cas de son œuvre Les frères sisters produit en mémoire de son frère décédé à 26 ans, en 1975.

À lire :  Marion Rousse et son compagnon : “je suis partie directement”

Sorti en 2018, ce long-métrage retrace la vie de François, mort dans un accident de voiture. Bien qu’il s’agisse d’une adaptation du roman de Patrick deWitt avec John C. Reilly et Joaquin Phoenix, l’auteur s’est inspiré de son vécu. Il l’explique au cours d’une entrevue accordée au Parisien.

« Au-delà du deuil, c’est quelque chose de très lourd. Il n’y a pas de mots pour décrire cette perte. On ne dit pas orphelin de frère ou de fils. J’ai été très proche de François jusqu’à l’âge de 12 ans environ. J’avais trois ans de moins que lui. Il est allé à l’internat. Nous nous sommes perdus de vue. Je suis moi-même allé à l’internat. Quand on s’est rencontré, nous étions très différents. La vie nous a éloignés les uns des autres » déclare-t-il.

La disparition de son père qu’il regrette

Un autre décès vient accentuer le drame familial que va connaître le réalisateur de Dheepan. 10 ans après celui de son frère, il apprend la mort de son père, Michel Audiard, également réalisateur comme lui. Le collaborateur de Marion Cotillard partageait cette passion avec son géniteur. Ils collaborent tous les deux sur plusieurs projets comme :

  • Bons baisers ;
  • Le Professionnel ;
  • Mortelle Randonnée.

Sur Europe 1, il revient sur cette tragédie. « Mon frère était mort et je pense que mon père était dans une phase assez sombre qui a duré pas mal de temps. Il avait besoin de présence et moi, j’apprenais mon métier » confie-t-il. « Si j’ai écrit pour le cinéma, c’est parce que mon père m’a montré que c’était possible. Je lui dois tout. Ça a été un pédagogue ».

À lire :  Mylène Farmer et son chéri: cet incident qui a failli lui coûter sa carrière

Le célèbre réalisateur de films à succès dont De rouille et d’os ainsi que Un prophète regrette aujourd’hui que son père n’ait pas vu ses films. Il aurait certainement été fier de voir les 11 Césars remportés par son illustre fils.

Jacques Audiard et sa femme

Un autre chagrin s’abat sur lui

Comme si cela ne suffisait pas, Jacques Audiard a annoncé en janvier dernier, la mort de sa tendre mère, Marie-Christine Guibert. Décédée à 95 ans, l’épouse de Michel Audiard a toujours été très protectrice avec son fils.

« Ma mère me protégeait de mon père. C’est-à-dire du cinéma. De ce monde qui l’entourait, les amis acteurs, les producteurs, et qui n’avaient aucun prestige à mes yeux. Ça ne m’impressionnait pas » se souvient-il. Désormais parmi les grandes figures de cet univers, on peut dire qu’il a changé d’avis depuis le temps.

Le salaire de Jacques Audiard

Il fait partie des réalisateurs les mieux payés. Avec son film de Rouille et d’os, il a touché près de 400.000 euros. Pour sa récente œuvre parue en 2018 en hommage à son frère, Jacques Audiard a bénéficié d’une rémunération de 480.000 euros en tant que réalisateur. Il a également perçu 680.000 euros pour la scénarisation. Une coquette somme qui en dit long sur son savoir-faire

Crédit Photo : depositphotos.com