Boîtes de nuit clandestines : Ce chroniqueur de TPMP y est allé et a vu des personnalités

Des établissements de boîtes de nuit continuent de fonctionner clandestinement malgré les mesures d’interdictions prises par le gouvernement français ? C’est du moins ce qui ressort des débats menés par Cyril Hanouna, ses chroniqueurs et son invité hier soir dans TPMP. Très vite, le ton est monté entre les intervenants après des révélations-chocs de Hatem, un promoteur et Guillaume Genton.

Un débat polémique sur les plateaux de TPMP

Mercredi 26 janvier 2021, Cyril Hanouna a lancé un débat polémique sur les plateaux de TPMP en pleine pandémie du coronavirus. Alors que les autorités sanitaires recensent constamment de nouveaux cas au quotidien, l’animateur phare de C8 décide d’évoquer l’organisation des soirées clandestines. Pour mener les débats, il a donc invité en plus de ces chroniqueurs habituels Hatem, un promoteur de ces événements illégaux.

YPMP

Guillaume Genton créé la surprise

Alors que les chroniqueurs de l’émission TPMP s’accordaient à dénoncer l’organisation de ces soirées clandestines, Guillaume Genton crée la surprise. Ce chroniqueur a annoncé contre toute attente qu’il y a déjà pris part. Il assure, cependant, qu’il n’y va pas souvent. Pour justifier son acte, il a tenté de prendre la défense des participants à ces soirées clandestines. Selon lui « on est en train de traiter comme des criminels des gens qui font des choses qui étaient totalement légales il y a deux mois ».

Quand son confrère Matthieu Delormeau a tenté de dénoncer ses propos, le ton est très vite monté entre eux. Guillaume Genton a même déclaré qu’« au lieu de dire bêtement qu’il faut respecter la loi, pose-toi les bonnes questions ». Pour le chroniqueur, il y a bel et bien un effet ras-le-bol des restrictions qui pèsent sur les établissements depuis plus de deux mois. Pour rappel, il ne s’agit pas de la première où les soirées clandestines font la polémique dans l’émission de Cyril Hanouna.

À lire :  Cartman : cet incident dont il a été victime en direct